05 février 2014

Porte à porte

Depuis six ans, je suis conseiller municipal dans ma commune. J'ai déjà raconté sur ce blog comment j'en suis arrivé à siéger au conseil municipal. Je vais résumer en quelques phrases.

Je me suis toujours intéressé aux projets de ma commune. C'est une petite ville tranquille de 5500 habitants. Aussi, quand mon nouveau voisin m'a indiqué travailler pour la commune et qu'il m'a indiqué que le conseil municipal avait lieu le lendemain soir (de notre conversation), et qu'il était public, j'ai dit pourquoi pas. Ensuite, une fois par mois, j'ai assisté à chaque conseil municipal dans le nombreux public de trois personnes.

Quand le nombre de bureaux de vote de la commune a augmenté, du fait de l'augmentation de la population, une des adjointes est venu me voir, aussitôt le conseil municipal terminé, pour me demander si j'acceptais de l'aider à tenir un des nouveaux bureaux de vote. J'ai dit pourquoi pas. Ensuite, à chaque élection, j'ai participé à la tenue du bureau et au dépouillement.

Quand le maire a constitué sa liste, il y a six ans, il m'a contacté pour savoir si j'acceptais d'y apparaître, en antépénultième position. J'ai précisé que je n'étais adhérent à aucun parti, il m'a dit que cela ne posait aucun problème. J'ai dit pourquoi pas. Comme notre liste était la seule à se présenter, j'ai été élu avec tous les autres membres de la liste.

Depuis, je participe à la vie de la commune en prenant part aux décisions du conseil municipal (une fois par mois) et en travaillant au sein de plusieurs commissions (communication-culture, voirie-espaces verts, impôts).

Et six années ont passé. Nous voilà en train de mener campagne pour notre ré-élection. C'est ma première participation à une campagne électorale complète. Nous nous sommes réunis plusieurs fois pour échanger et préparer notre programme. Il a fallu trouver un slogan, préparer les affiches et tracts, créer le site web, le compte Twitter, la page Facebook, planifier des réunions publiques...

Puis est venu le temps du porte à porte.
C'est une vraie découverte pour moi.
Et une difficulté...

Je suis quelqu'un d'un peu renfermé. Je ne m'approche pas facilement des gens, j'ai toujours l'impression de déranger. J'étais un très mauvais dragueur, car j'avais toujours l'impression que la fille avec qui j'essayais de démarrer une conversation voyait écrit en gros sur mon front mes véritables intentions (SEXE en lettres clignotantes)... Donc, quand je m'approche de quelqu'un avec mon tract pour essayer d'engager la conversation, je sens sur mon front clignoter le message "VOTEZ POUR NOUS", et ça me met mal à l'aise.

Heureusement, nous avons fait du porte à porte à plusieurs. L'idée était qu'un "ancien" soit accompagné par un "nouveau", c'est-à-dire qu'un membre de l'actuel conseil municipal soit accompagné d'une personne non encore élue (tous les membres actuels du conseil municipal ne se représentent pas, ce qui fait que notre liste compte des "nouveaux"). Je suis donc considéré comme "anciens" et j'étais accompagné d'un nouveau, qui se trouve être un commercial de profession. Autant vous dire que c'est lui qui m'a appris à faire du porte à porte...

Tout d'abord, ne pas faire du porte à porte trop tôt le matin (8h le dimanche matin me semble une grosse erreur). Nous avons plutôt choisi de frapper aux portes l'après-midi, samedi et dimanche.

Ne pas se tenir trop près de la porte, pour ne pas indisposer les personnes.

Se présenter, sourire, expliquer la démarche, donner les éléments clefs du message et les dates de réunion.

Ne pas insister.

Durant deux week-ends, j'ai donc écumé mon quartier avec mes collègues-assistants-mais-en-fait-c'était-moi-leur-assistant. J'ai été surpris du bon accueil général que les gens nous ont fait. Plusieurs nous ont même invité à entrer pour nous réchauffer, ou nous mettre à l’abri de la pluie. Sur 200 personnes rencontrées, une seule a été agressive en dénigrant l'action de la municipalité et des politiques en général. Toutes les autres ont été bienveillantes et (relativement) à l'écoute.

A chacun nous demandions s'il avait une remarque à nous faire, un ou plusieurs problèmes à remonter. Nous avons pris des notes de chaque point indiqué. La plupart du temps, il s'agit d'un problème de voirie ou de stationnement. Souvent les gens ne comprennent pas que la place de parking publique située devant chez eux ne leur est pas réservée. La plupart des points sont des problèmes de voisinage. Il faut expliquer que la commune ne peut pas tout, et qu'il faut se parler entre voisins. Il faut surtout écouter les gens exposer leurs problèmes. Certains sont bénins, d'autres sont terribles. Tous sont importants.

"Les poubelles sont sorties trop tôt par mes voisins. Du coup, les chiens viennent fouiller dedans, les renversent et ça met des cochonneries partout !". Nous prenons note, rappelons qu'il faut en parler avec les voisins. Il nous faudra aussi rappeler à tout le monde les horaires de passage du ramassage des ordures, prévoir des emplacements adaptés là où les poubelles sont renversées, discuter avec leurs propriétaires...

Une femme âgée élevant seule son enfant aveugle et handicapé moteur nous a fait part de son inquiétude sur ce qui va se passer après sa disparition. Comme elle vient de s'installer sur la commune, personne n'était au courant de sa situation, situation qu'elle gère parfaitement d'ailleurs, seule depuis 40 ans... Nous sommes restés avec elle une demi-heure à l'écouter raconter son histoire, tranche de vie extraordinaire.

Un homme s'inquiète de la construction imminente d'un lotissement. Il ne pourra plus profiter du lever de soleil sur le champ en face de chez lui. Son impasse va devenir une rue. Sa vie va changer. Il faut écouter à défaut de pouvoir convaincre.

Une dame nous parle des mauvaises herbes qui poussent dans la rue. "Avant, la commune était plus propre". Nous lui expliquons que les jardiniers communaux passent plus souvent, mais avec un produit moins toxique, et moins efficace. La protection des nappes phréatiques commence par des changements d'habitude, et la commune doit montrer l'exemple. Pas facile de convaincre.

La Poste du centre ville a été fermée, sous prétexte qu'il y a déjà un bureau de poste dans la zone commerciale. Vu de Paris, deux Postes dans la même commune, ça faisait vraiment trop riche. Les personnes âgées nous font sentir qu'elles aimaient bien aller à la Poste à pied...

"Les gens roulent trop vite, mettez (ma) rue en sens unique, ce sera moins dangereux." Nous expliquons qu'une rue en sens unique incite les gens à rouler encore plus vite. Incrédulité...

Je constate un vrai problème de communication entre la commune et ses administrés. Beaucoup de gens ne se déplacent plus maintenant à la mairie. Les habitudes ont changé. Quasiment aucun des affichages légaux (en mairie) ne sont lus. Il faut amener l'information aux administrés, et le bulletin mensuel que nous éditons ne suffit plus. Il faudra améliorer cela.

Le porte à porte, une expérience de vie.
Surtout pour un informaticien un peu ours.

On verra si nous sommes réélus...
En tout cas, on ne manquera pas de travail !


3 commentaires:

  1. Le Pingouin Fou5 février 2014 13:35

    Bonjour,

    Etant conseiller municipal d'une petite commune rurale (330 habitants) et tête de liste aux prochaines élections, c'est un constat également partagé, ce manque / problème de communication entre la commune et ses administrés, voire même entre les administrés !

    C'est quand même diablement paradoxal qu'en ce "siècle" tourné fortement vers l'échange d'informations, la communication soit un problème majeur...

    Ceci dit, des lieux d'échanges ont disparu ou ont fortement été réduits (c'est très flagrant en milieu rural): la poste, les épiceries, les cafés...

    Gros défi de la prochaine équipe municipale: récréer du lien social.

    Bon courage à vous!

    RépondreSupprimer
  2. ""qu'en ce "siècle" tourné fortement vers l'échange d'informations,""

    Le problème majeur est justement qu'il ne s'agit pas d'échange mais d'un déversement massif et unilatéral d'information vers un individu sans même se préoccuper de sa pertinence.

    De son coté, l'individu asphyxié n'est plus en capacité de vérifier la véracité de cette info et fini par s'en détourner.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Collègue(s),

    une histoire très comparable pour moi dans un village de 1500 habitants du sud Yvelines : j'ai été sollicité par le maire lors des précédentes élections en 2008, installé maire adjoint en cours de route lors du précédent mandat, et me voilà reparti pour six ans : c'est un engagement prenant mais vraiment formidable.

    Je note avec vous qu'il y a en effet une très grande marge entre la sur-information proposées aujourd'hui, notamment avec les nouveaux médias, et la réalité de la communication locale: c'est une très bonne nouvelle !

    A près de 50 ans, linuxien de la première heure, je suis maintenant un vieux de l'internet.

    Pourtant chez moi, ce sont les anciens, les retraités, les commerçants, les mamans (et les papas) à la sortie de l'école, à l'aire de jeu et les voisins, en particulier ceux engagés dans la vie associative et le lien local, qui me rappellent ce qu'est la véritable communication: celle du quotidien et du vivre ensemble.

    Cela n'empêche pas de tout faire pour disposer d'un bon débit internet sur la commune, de proposer un site web municipal utile aux habitants: internet, ça peut-aussi être local...

    Néanmoins chaque chose à sa place.

    Bon courage à vous chers collègues.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.