23 décembre 2015

Les populations légales

Je parle assez peu sur ce blog de mon activité de conseiller municipal. Pourtant, ce qu'elle me permet de découvrir ne lasse pas de me surprendre, tant du point de vue humain que du point de vue technique.

Aujourd'hui, en préparant le prochain conseil municipal, j'ai découvert la notion de populations légales. Je vous propose, sans rire, de devenir expert en calcul de populations légales.

Qu'est-ce que cela peut bien être que cette notion et à quoi sert-elle ?

Je ne suis pas juriste, mais j'ai cru comprendre que le nombre d'habitants d'une commune a son importance dans un grand nombre de domaines, comme par exemple la détermination de l'assiette de certains impôts, ou l'organisation des listes électorales.

Et naïvement, je pensais que le nombre d'habitants d'une commune, et bien c'est le nombre de personnes qui habitent la commune. FAUX.

Le terme générique de « populations légales » regroupe pour chaque commune :
1) sa population municipale
2) sa population comptée à part
3) sa population totale, qui est la somme des deux précédentes.
(j'aime bien ce genre de présentation ;-)

C'est comme en algorithmique : nous avons décomposé le problème en sous-problèmes supposés plus simples à résoudre : la population totale d'une commune est la somme de sa population municipale et de sa population comptée à part.

Bien.
Accrochez vous.

La population municipale :

Voyons maintenant comment se compte la population municipale.

La population municipale est la somme de 4 catégories de personnes :
1) Celles ayant leur résidence habituelle sur la commune
2) Celles détenues dans les prisons situées sur la commune
3) Celles sans abri recensées sur la commune
4) Celles résidant habituellement dans des habitations mobiles, recensées sur la commune.

Attention, il y a un piège : la "résidence habituelle" indiquée au point n°1 est à préciser ainsi :
a) si la personne est mineure et réside ailleurs du fait de ses études, la résidence habituelle est la résidence de sa famille.
b) si la personne réside dans l'une des communautés suivantes : établissement de santé, maison de retraite, foyer social ou assimilé, communauté religieuse, caserne, quartier, base ou camp militaire, la résidence habituelle est la communauté.
c) si la personne est majeure et réside dans une communauté appartenant à la catégorie "établissement hébergeant des élèves ou des étudiants", la résidence habituelle est la communauté.
d) si la personne est majeure MAIS que du fait de ses études elle réside hors de la résidence familiale ET hors communauté, la résidence habituelle est son logement.
e) si la personne est mariée (ou en concubinage ou PACSé) et réside pour des raisons professionnelles hors de la résidence familiale ET hors communauté, la résidence habituelle est sa résidence familiale.
f) si la personne ne se trouve dans aucun des cas précédent, la résidence habituelle est la résidence dans laquelle elle réside le plus souvent.

Vous l'avez remarqué, dans les cas a) et e) la résidence habituelle n'est pas celle où la personne réside le plus souvent...

Attention, il y a encore un piège : dans le cas a), les élèves internes mineurs recensés dans un établissement scolaire sont comptés dans la population municipale de la commune de leur résidence familiale ET dans la population comptée à part (voir plus loin) de la commune de leur établissement scolaire. Ils seront donc comptés DEUX fois...

J'adore.

Je prends un cachet d'aspirine, naïf que j'étais à vouloir compter les gens de ma commune...

L'INSEE m'explique que la population des ménages est calculée en ramenant les résultats de la collecte en 2013. Il est bien écrit "en 2013", pas "de 2013". Pour ramener les résultats de la collecte "en 2013", on utilise la tendance observée sur la commune entre la dernière population légale au 1er janvier 2012 et l'enquête de recensement de 2014.

Et, je ne plaisante pas, le paragraphe se termine par : "et on ajoute ensuite la population recensée dans les hôtels".

Concernant la population des habitations mobiles terrestres (pourquoi "terrestres", vous allez le comprendre au paragraphe qui suit) et les personnes sans abri, le chiffre est maintenu constant entre deux enquêtes de recensement, pendant cinq ans (pour les communes de moins de 10 000 habitants, le recensement se fait tous les cinq ans).

Enfin, ne pas oublier de prendre en compte les mariniers et les personnes vivant sur les bateaux de ces derniers (qui ont, eux, été recensés en 2011) : ils sont comptabilisés dans la commune dans laquelle ils ont déclaré avoir une résidence.

La population comptée à part :

La population comptée à part de la commune comprend les personnes recensées sur d'autres communes et qui ont conservé une résidence sur la commune.

Pour être plus clair, elle comprend :
1) Les personnes se trouvant dans la situation décrite au a), qui résident du fait de leurs études sur le territoire de la commune et qui ont leur résidence habituelle située dans une autre commune.
2) Les personnes se trouvant dans la situation décrite au b), dont la résidence familiale est située sur le territoire de la commune et qui ont leur résidence habituelle située dans une autre commune.
3) Les personnes majeures âgées de moins de 25 ans qui se trouvent dans la situation décrite au c), dont la résidence familiale se trouve sur le territoire de la commune et qui ont leur résidence habituelle située dans une autre commune.
4) Les personnes majeures âgées de moins de 25 ans qui se trouvent dans la situation décrite au d), dont la résidence de la famille se trouve sur le territoire de la commune et qui ont leur résidence habituelle située dans une autre commune.
5) Les personnes sans domicile fixe rattachées à la commune et non recensées sur le territoire de la commune.

Pour ce dernier point, il semble qu'il soit fait usage des listes des préfectures.

Calcul de la population totale de ma commune :

Si vous êtes encore avec moi, voici ce que tout cela donne dans ma commune :

En 2014, le recensement (qui se fait une fois tous les cinq ans car ma commune a moins de 10 000 habitants) nous dit :
- ménages : 5412
- communautés : 380
- sans abri ou résidant dans une habitation mobile terrestre : 9
Total = 5801

Population municipale ramenée au 1er janvier 2013 :
- ménages : 5282 (normal, la population de la commune augmente)
- communautés : 380
- sans abri ou résidant dans une habitation mobile terrestre : 9
- mariniers : 0 (pas de cours d'eau à l'horizon)
Total = 5671

Population comptée à part au 1er janvier 2013 : 142

Population totale au 1er janvier 2013
(chiffre qui sera pris en compte à partir du 1er janvier 2016) :
5671 + 142 =
5813

Le premier qui me dit en conseil municipal que nous sommes 6000, je lui explique gentiment : NON, NOUS SOMMES 5813, RESPECTEZ UN PEU LE TRAVAIL DE CEUX QUI SE DÉCARCASSENT A COMPTER.

Désolé.

Je voudrais adresser tous mes remerciements et encouragements à l'Insee dont la devise est "mesurer pour comprendre".

Note pour les juristes : ce billet contient toutes les approximations et erreurs habituellement rencontrées chez les novices du droit. Je conjure les étudiants en droit révisant ce type de problème de se référer directement aux textes originaux, et en particulier au décret n°2003-485 du 5 juin 2003 relatif au recensement de la population, publié au Journal Officiel n°132 du 8 juin 2003 et certainement révisé depuis.

Le prochain billet de la rubrique "vie publique" sera consacré à la préparation budgétaire et à ses différentes rubriques. /o\





16 décembre 2015

Responsable informatique et technique

Mes amis me demandent rarement des précisions sur mon métier, et ça me chagrine de ne pas raconter ce que je fais. Je profite donc de mon blog pour vous décrire mes deux premières journées de la semaine, et montrer ainsi pourquoi j'aime tant mon métier.

Je suis responsable informatique et technique dans une grande école d'ingénieurs privée généraliste (et dynamique). J'y suis responsable de tous les aspects techniques, non seulement informatiques (actifs réseaux, serveurs, logiciels, achats, maintenance, sécurité, routeurs, VLAN, virtualisation, ERP, sauvegardes, PCA, PRA...) mais aussi techniques (hygiène, sécurité des biens et des personnes, électricité, chauffage, contrôle d'accès, espaces verts, reprographie, vidéoprojection, sonorisation, sécurité incendie, etc.).

Avec mon équipe de 6 techniciens (compétents), je supervise la résolution de tous les problèmes (et si possible leur anticipation). Il y a 1000 étudiants et 120 salariés chaque jour sur les deux campus de l'école.

Lundi.
J'arrive déjà fatigué car le week-end a été bien rempli, avec la cérémonie de remise des diplômes qui a eu lieu samedi (grosse journée pour moi : 8h - 23h sans pause déjeuner) et la tenue du bureau de vote le dimanche (8h - 10h et 16h - 19h).
J'arrive au travail comme d'habitude à 9h en vélo. La météo est à la pluie, j'arrive humide.
Premier problème : j'avais cours à 8h30, alors que j'avais noté sur mon agenda que mes premiers cours commençaient à 9h30. La boulette...
Je file en salle, je présente mes excuses aux étudiants du Mastère Spécialisé et je commence mon cours. Les étudiants sont réactifs et les échanges intéressants. Je suis joie.
11h30, j'enchaîne avec un entretien avec l'un de mes techniciens pour faire le point sur les tâches en cours (je fais un entretien chaque semaine avec chaque technicien).
12h je me plonge dans mes dossiers, factures, bons de commande, etc. A 14h, j'émerge de mes emails fin prêt pour le comité de direction : 4h de réunion mensuelle de pilotage de l'école, c'est LA réunion importante où tout se décide.
A 18h, je m'échappe de l'école (toujours en vélo, et toujours sous la pluie) pour une réunion municipale consacrée à la voirie.
20h, je profite des enfants et de mon épouse autour d'un repas familial. Les devoirs sont vérifiés, les douches aussi. Il reste deux ados à la maison, et ils demandent tout mon amour et toute mon attention. Je prends par SMS des news de l'aînée qui est en plein partiels dans sa 3e année de médecine.
21h, je réponds aux emails de mon activité d'expertise. Un avocat souhaite que j'intervienne sur une assistance à huissier de justice.
Un petit coup d’œil à Twitter (1h) puis je m'amuse avec mon nouveau jouet TensorFlow.

Mardi.
Cette fois, j'ai bien vérifié, je n'ai rien avant 9h30. J'arrive avec mon vélo à 9h. Je rends visite de manière informelle à mes équipes pour voir les différents problèmes en cours de traitement. Mes techniciens sont efficients.
Coup de fil pour un problème de vidéoprojecteur dans un amphi. Le technicien spécialiste étant en formation, je prends le problème à ma charge : l'écran est tout jaune. J'essaye avec un ordinateur portable, même problème. Ce n'est donc pas un problème informatique, mais probablement un problème de câble. Je contacte mon installateur qui me promet une intervention dans la journée. Je préviens la direction des études que l'amphithéâtre sera indisponible sur un créneau de cours pendant l'intervention.
Email de la scolarité pour me signaler un problème d'impression à la reprographie. C'est important car il s'agit des sujets d'examen pour jeudi. Je file voir de quoi il retourne. Un problème de communication vite réglé. Ouf.
10h, j'ai rendez-vous pour rendre les deux voitures que l'école loue pendant quatre ans. Le contrat arrivant à échéance, j'ai négocié avec le garage pendant plusieurs semaines pour son renouvellement et le choix des options sur les nouveaux véhicules. Je dois les récupérer après avoir rendu les anciens. Me voilà parti avec un membre de mon équipe et tous les papiers.
11h30, nous avons enfin réussi à nous extraire des explications du responsable de la remise des voitures qui voulait à tout prix rentrer dans le détail de fonctionnement des véhicules. Je sais maintenant regonfler un pneu avec le compresseur qui remplace la roue de secours, et où se trouve le réservoir à additif pour le diesel...
12h, je trie mes emails et mes dossiers urgents. Le téléphone sonne toutes les 10mn : un fournisseur veut que je change de téléphonie, un enseignant me parle des nouveaux TBI, le contrat Matlab arrive bientôt à terme, la borne du parking a un défaut de fonctionnement... J'ai pris l'habitude depuis 20 ans de ne pas manger le midi pour traiter tous les problèmes et assurer l'astreinte de la pause méridienne.
A 14h30, nouvel entretien en tête à tête avec un autre membre de mon équipe pour traiter les problèmes et les tâches en cours.
14h50, appel spécial SST : un étudiant a fait un malaise. J'interviens immédiatement, et sur place je trouve l'étudiant allongé, respiration irrégulière et yeux un peu révulsés. Je lui prends la main, demande s'il m'entend et peut me serrer la main. Il réagit. Je le mets en PLS et appelle aussitôt les pompiers. Nous sommes trois SST à gérer le problème et nous travaillons efficacement en équipe : gestion des affaires de l'étudiant, création d'une zone d'intimité, couverture en attendant les secours, surveillance de la respiration, accueil des pompiers. Ils arrivent rapidement, et évacuent l'étudiant vers l'hôpital (l'étudiant sera de retour le lendemain sans séquelle).
15h15, le nouveau vigile que j'ai recruté pour l'opération "vigipirate - alerte attentat" toujours en vigueur me rappelle que la signalétique "visiteur" n'a pas été remise en place depuis la remise des diplômes de samedi. J'imprime les feuilles et les mets dans les panneaux adhoc. Problème réglé.
15h30, réunion "administration informatique" avec deux de mes informaticiens. Nous faisons notre point hebdomadaire des projets en cours. Bases de données, mise à jour de serveurs, achat de disques durs pour le PRA, etc.
17h coup de fil de l'huissier qui a réussi à avoir mon portable pro. Impossible d'intervenir avant fin janvier. Je n'ai plus de jours de congés... mes compteurs RH sont négatifs. "C'est dommage, j'aime bien travailler avec vous". Cela fait plaisir d'entendre un compliment. Les gens ne se doute pas du plaisir qu'on peut avoir à recevoir un compliment.
17h10, un étudiant vient me voir pour régler un détail de la désintégration (le départ en stage des étudiants de 5e année) qui se profile : il me demande l'autorisation d'installer un babyfoot humain géant gonflable dans le hall d'accueil de l'école. Nous regardons les dimensions et les aspects sécurité. Tout est OK. Il est content, ça promet de faire une bonne animation. Il en profite pour me dire toute sa satisfaction pour les plantes mellifères qui ont été installées par les étudiants de 1ère année le long du parking de l'école pour les ruches mises en place par l'école de commerce voisine. Cela fait parti du "plan vert" de l'école : quand les pédagogues, les étudiants et les services supports travaillent main dans la main, cela donne des projets extra.
17h20, une alerte Centreon m'informe d'un problème d'espace disque sur un espace de stockage. Je vérifie si le problème est bloquant, j'annule l'alerte car les disques ont été commandés et devraient arrivés avant que cela ne devienne critique.
Je profite d'un moment de répits pour lire mes SMS et quelques tweets de ma TL.
La réunion avec le fournisseur de vidéoprojecteurs est calée pour évoquer l'abandon du VGA par de nombreux constructeurs d'ordinateurs portables (au profit du HDMI, mais pour combien de temps) et l'impact de cette évolution sur les 40 salles équipées de l'école.
Un candidat pour un stage me contacte pour un rendez-vous. Je le verrai après-demain. J'ai déjà discuté de plusieurs sujets avec mon équipe informatique.
La CDA veut me voir pour savoir s'ils peuvent avoir un badge d'accès à nos parkings privés afin de sécuriser leurs manœuvres de véhicules avec remorque.
Le plombier m'informe de sa solution au problème des toilettes qui fuient.
Les téléphones DECT de l'école vieillissent et deviennent obsolètes. Il va falloir que je pense à les remplacer. Et pourquoi pas par une flotte de smartphones ? Oui, mais à quel coût ? Une étude s'impose...
Je reçois les plans du futur système informatique de l'école que nous construisons au Maroc. Il faut que je donne rapidement mon avis sur un point technique : le switch central est-il assez puissant...
19h fin des cours à l'école. Les appels téléphoniques diminuent. Je prends un peu d'eau pour calmer mon estomac qui proteste : le petit déjeuner est loin.
L'éclairage du hall a été réparé.
Le vidéoprojecteur de l'amphithéâtre aussi (il s'agissait bien d'une broche dessoudée).
Je discute un peu avec le personnel d'entretien qui commence à nettoyer l'école. Je leur demande des nouvelles de leurs enfants, de leurs conjoints. Ils font partie des travailleurs invisibles de l'école, et j'essaye de corriger cela.
20h, j'arrive à la maison. Mon épouse m'a prévenu, elle est en GAV. Je prépare un repas rapide et nous mangeons sans elle. Je mets son repas dans le four encore chaud. Elle rentrera à 23h et me trouvera en train de lire mes flux RSS sur mon vieil (mais fidèle) ordinateur. Je discute politique avec les enfants. Ils m'impressionnent par leur maturité, mais m'effraient par leur manque de confiance en eux. Je les rebooste comme je peux.
22h la maison est silencieuse. Je m'affale devant mon ordi.

Demain est un autre jour, et chaque journée est différente.
C'est ça que j'aime.

07 décembre 2015

NetSecure Day 2015

Les organisateurs du NetSecure Day 2015 m'ont fait l'honneur de m'inviter pour parler sur scène à leur conférence qui aura lieu le 10 décembre 2015 à Rouen.

Qu'est-ce que le NetSecure Day ?
Extrait de leur site...
"Le #NSD15 c’est la journée Normande de la sécurité numérique organisée par l’association NetSecure Day pour sa 3ème édition.
Au cours de cet événement vous retrouverez des conférences techniques, stratégiques, juridiques ainsi que des retours d’expériences.
C’est gratuit et ouvert à tous, étudiants ou professionnels, experts ou néophytes, informaticiens ou non.
Le #NSD15 est la journée pour apprendre et partager autour de ce domaine qui est, plus que jamais, au cœur de toutes les attentions."


Si vous voulez venir me voir présenter "les défis de l'expert judiciaire", cela se passe à Rouen, jeudi 10 décembre 2015 de 11h à 12h.

Le reste du programme de la journée est en ligne sur cette page.

N'hésitez pas à venir me voir, surtout à midi (après ma conf), pour échanger et discuter IRL.

Avis aux rouennais et aux rouennaises :-)

02 décembre 2015

Le noob de l'autohébergement

Dans cette affaire, le propriétaire de l'ordinateur a à cœur (sans jeu de mot) de protéger un peu sa vie privée. Il utilise certes beaucoup d'outils des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), mais avec le soucis de progressivement se détacher de leurs emprises.

C'est pourquoi, il a choisi d'utiliser un nom de plume pour s'épancher sur internet, un VPN pour protéger sa vie privée et l'autohébergement pour un certain nombre de ses outils préférés.

C'est là que les choses deviennent intéressantes...

Vous connaissez peut-être les agrégateurs de flux RSS. Derrière cette expression se cache un outil très simple répondant au besoin suivant : comment être averti de la publication d'un nouveau billet de ses blogs ou sites web favoris sans être obligé d'aller vérifier tous les quart d'heure, site par site. Les informaticiens ont créé une famille de formats de données qu'ils ont appelés RSS (cf Wikipédia) et des outils pour lire ces formats, qu'ils ont appelés "agrégateurs".

Il existe plusieurs agrégateurs, comme par exemple : Netvibes, Feedly ou tout simplement Firefox (en natif ou avec un module comme Sage) ou Thunderbird. Chaque agrégateur a ses propres qualités et défauts et notre utilisateur se servait principalement de Feedly, avant de décider se prendre son indépendance en hébergeant sa propre solution sur son système de stockage personnel (un groupe de disques durs reliés à son réseau personnel, que l'on appelle un NAS).

Il installe donc l'un des meilleurs agrégateurs opensource : Tiny Tiny RSS, connu aussi sous son petit nom TTRSS... Jusque là aucun problème. Tout fonctionne très bien, et il peut confortablement lire son journal électronique personnalisé, celui-ci s'alimentant automatiquement dès la parution d'un article en provenance d'un de ses (nombreux) sites préférés, à toute heure de la journée ou de la nuit.

Les choses se compliquent un peu puisque notre utilisateur souhaite évidement pouvoir accéder à son agrégateur depuis l'extérieur et depuis son téléphone intelligent. Qu'à cela ne tienne, il met en place une redirection de port sur sa box d'accès à internet, en l’occurrence ici, une FreeBox. Il installe une application (gratuite) sur son téléphone : "TTRSS 2".

Comme il connaît l'adresse IP fixe que lui fournit son FAI préféré, il peut l'indiquer à l'application de son téléphone et lire son journal quand bon lui semble, contribuant ainsi à l'augmentation de la joie sur Terre...

Notre homme ne se doute pas qu'il vient de commettre une (petite) erreur qui va le ridiculiser aux yeux (malveillants) du monde. En effet, non content de lire son journal personnel partout sur la planète, via son serveur TTRSS autohébergé, notre utilisateur est allé plus loin : comme il ne souhaitait pas apprendre par cœur son adresse IP personnelle, il a logiquement utilisé les services d'un nom de domaine qu'il possède pour sa société de consultant (notre homme est autoentrepreneur).

Sur le coup, il s'est méfié un peu : utilisateur assidu d'un pseudonyme sur internet, caché derrière la protection relative d'un VPN, n'y avait-il pas là un risque de dévoiler son identité réelle associée à sa petite entreprise quand il se connecte à son serveur TTRSS avec son navigateur ?

Que nenni pensait-il, puisque seul son navigateur (en session privée) et son téléphone utilisaient le nom de domaine de son entreprise. Il pouvait donc lire en toute tranquillité son agrégateur de flux RSS d'un côté et surfer sous pseudonyme de l'autre.

Erreur, erreur, erreur...

Il y a un petit mécanisme dont notre homme a oublié l'existence et qui est utilisé par de nombreux sites internets. Ce mécanisme s'appelle le référent. Comme je sais que très peu d'entre vous cliquent sur les liens que je me fais ch dont je truffe mes billets, voici en quelques mots une description du référent (referer en anglais) : lorsque vous cliquez sur un lien qui se trouve dans une page web, le site web sur lequel vous atterrissez est informé de l'URL de la page web dont vous venez.

Exemple : si vous cliquez sur ce lien : https://www.whatismyreferer.com et bien le site en question sait que vous venez du blog de Zythom (faites le test, le site vers lequel je vous envoie affiche en clair l'indication). Si vous utilisez Firefox, il vous suffit de faire "clic droit" à tout moment sur n'importe quelle page web et de choisir "Informations sur la page". Vous aurez accès à l'information "URL de provenance"...

Notre homme, donc, utilise un pseudonyme et un VPN pour commenter à droite et à gauche sur internet, mais a choisi d'autohéberger son agrégateur de flux RSS en utilisant le nom de domaine de son autoentreprise. Par conséquent, à chaque fois qu'il clique sur un lien présent dans son agrégateur, le site sur lequel il arrive sait d'où il vient, avec le nom en clair de son autoentreprise et son IP personnelle.

Fail.

L'utilisateur en question pourrait être un militant soucieux de sa vie privée. Ou un dangereux terroriste. Ou un journaliste qui enquête en laissant le moins de traces possibles. Ou un policier sous couverture. Cela pourrait être simplement une personne qui souhaite séparer son activité d'internaute de ses activités IRL.

Rien de tout cela et de tout un peu.
Vous l'avez sans doute deviné, l'utilisateur dont je parle tout au long de ce billet, c'est moi... Depuis deux mois j'autohéberge tout fier TTRSS sur mon NAS pour abandonner Feedly, et je surfe, je blogue, je commente sur des sites où je laisse mon vrai nom en CLAIR à cause du mécanisme du référent.

Quel noob !

Non pas que mon identité réelle soit un grand secret, puisqu'elle est relativement facile à connaître (j'en profite pour dire bonjour à mes étudiants ;-), mais bon...

Alors, c'est penaud et légèrement embarrassé (c'est pareil) que je vais vous donner la solution que j'ai retenue pour éviter cela. J'ai d'abord essayé sur Firefox de modifier la variable "network.http.sendRefererHeader" en remplaçant sa valeur par 0. Cela marche très bien, sauf que certains sites (dont Twitter) ne fonctionnent plus correctement !

La solution consiste donc à utiliser sous Firefox le module "RefControl" et de paramétrer son comportement par défaut à "Leurre".

Bien entendu, si l'on veut vraiment être anonyme sur internet, il y a des moyens plus efficaces, comme Tor, mais ce n'est pas l'objet de ce billet, qui est plus de se moquer de moi.

Ceci dit, à moins d'une vigilance de tous les instants, et d'une hygiène de vie numérique particulière stricte, on ne reste pas longtemps anonyme sur Internet...