07 août 2016

Les jeux olympiques d'été

J'ai toujours aimé les jeux olympiques d'été. Enfant, j'essayais de ne rater aucune compétition, enfin, aucune des compétitions retransmises à la télévision. J'ai admiré de nombreux athlètes dans des sports que je ne regardais nulle part ailleurs : haltérophilie, gymnastique, concours de saut d'obstacle, etc. Tous les sports me fascinaient et j'aimais beaucoup "l'esprit olympique", l'idée que je me faisais de la célèbre phrase de Pierre de Coubertin "l'important dans la vie n'est pas le triomphe mais le combat ; l'essentiel n'est pas d'avoir vaincu mais de s'être bien battu".

Je me souviens bien sûr de certains grands champions et grandes championnes, en particulier Nadia Comaneci aux jeux de Montreal de 1976, Jappeloup et Pierre Durand aux jeux de Séoul en 1988, et bien d'autres qui m'ont fait rêver. Mais je me souviens surtout de certaines images d'athlètes qui sont allés au bout d'eux-mêmes.

Je me souviens surtout de deux athlètes qui m'ont fait pleurer d'émotion. La première est une marathonienne qui est arrivée 20mn après la médaille d'or. Son courage et la force de sa volonté ont fait chavirer l'ensemble des spectateurs du stade. Elle s'appelle Gabriela Andersen-Schiess et participait à la première édition du marathon féminin, lors des jeux olympiques de Los Angeles en 1984. A l'époque, les marathoniens qui entraient dans le stade devaient faire un tour complet de piste pour finir la distance. Elle était tellement fatiguée qu'il lui a fallu 5mn et 44s pour faire le tour du stade sous les acclamations et encouragements du public. Des médecins la suivaient pas à pas et ne sont pas intervenus avant la ligne d'arrivée car ils avaient remarqué qu'elle transpirait encore, et donc que sa vie n'était pas en danger.

Voici la fin de son tour de piste en vidéo (à chaque fois, j'en ai les larmes aux yeux) :




Le deuxième athlète qui m'a marqué est originaire de Guinée équatoriale. Il a représenté son pays lors des jeux olympiques d'été de Sydney de 2000, lors de la compétition de natation en 100m nage libre. Il s'agit d'Eric Moussambani. Il avait obtenu son billet pour les jeux grâce à une dérogation pour les pays en voie de développement. Huit mois auparavant, il ne savait pas nager... Il n'avait jamais encore nagé 100m d'affilé et n'avait jamais vu de piscine de 50m, son entraînement ayant eu lieu dans une piscine d'hôtel de 20m. Son maillot et ses lunettes lui seront prêtés une heure avant l'épreuve par deux athlètes compatissants (source Wikipédia).

Sa course, magnifique de courage et d'honneur, a de plus la particularité d'avoir été effectuée seule dans la piscine olympique, les deux adversaires de sa série ayant été éliminés par un faux départ.

Voici sa course (merci de couper le son, les commentateurs français de l'époque ayant fait honte à leur profession) :




Le public dans les gradins n'a pas cessé d'encourager ce nageur inexpérimenté au style peu académique. Au terme de sa course, il est sorti sous des tonnerres d'applaudissements. "Les premiers 50m n'ont pas été très difficiles, mais pendant les 50 derniers j'étais vraiment inquiet et je pensais que je n'allais pas finir la course" avait-il alors expliqué à la presse. "Quelque chose est arrivé. Je pense que c'était le public qui m'encourageait. J'étais vraiment fier. Cela restera un moment inoubliable et j'ai vraiment apprécié les applaudissements du public. J'avais l'impression d'avoir remporté la médaille d'or" (source gentside.com).

Alors, faîtes comme moi : coupez le son des commentateurs, oubliez les bilans de médailles franchouillardes, et admirez les performances des athlètes pour ce qu'elles sont : un dépassement de soi.